La loi du plus faible, John Grisham

J’avais lu et entendu bien des choses sur John Grisham, la plupart du temps que du bien d’ailleurs. Mais je ne m’étais jamais plongée dans l’un de ses romans. Celui-ci m’est tombé dans les mains lors d’une expédition chez Emmaüs. C’est donc en joignant l’utile à l’agréable que j’ai enfin découvert John Grisham.

La loi du plus faible - Josh Grisham

Résumé:
Changer radicalement de vie en 32 jours, vous pensez cela impossible ? C’est pourtant ce qui arrive à Michael Brock, après qu’il ait été victime d’une prise d’otage. Prise de conscience, sentiment de culpabilité ou état de choc temporaire ? Il est bien difficile au premier abord de le dire. L’avocat talentueux et promis à une brillante carrière qui devrait lui rapporter des millions se met au service des « gens de la rue » pour presque rien. Sa conscience sociale se réveille et derrière la simple histoire de Michael se dessine la dure condition des SDF de Washington, dépossédés de leur condition humaine et mis au ban de la société. Au fond, cela ne concerne-t-il que les SDF de cette ville, ou de ce pays ? N’agissons-nous pas de la même manière ici, en France ? Et que faisons-nous au quotidien pour aider ces gens ? Ce sont ces questions que soulève ce livre, au travers du cheminement de Michael vers un « nouveau lui ».

Mais je n’étais plus le même que quelques semaines auparavant; si je l’avais voulu, je n’aurais pu revenir en arrière. L’homme que j’avais été ne pensait qu’à l’argent, aux biens matériels, à la position sociale, des valeurs pour lesquelles je n’éprouvais aujourd’hui que mépris. (p 215, Editions France Loisirs)

Le tapis était persan, le bureau en acajou, les fauteuils en cuir patiné d’un rouge profond. En parcourant du regard la pièce équipée d’un matériel de pointe, je me suis demandé, pour la première fois depuis des années, combien tout cela avait coûté. Ne faisions-nous que courir après l’argent, pourquoi travailler si dur ? Pour acheter un tapis plus beau, un bureau plus ancien ? (p 51, Editions France Loisirs)

 

Mon avis:
Je dois dire que je suis assez mitigée et déçue au final. L’idée de fond est bonne, et l’auteur s’est visiblement longuement documenté (merci le passé d’avocat). Toutefois, il n’a pas réussi à m’embarquer avec lui. Le roman se lit facilement et rapidement, la langue de John Grisham n’étant pas très compliquée. L’intrigue suit son petit bonhomme de chemin et se solde par un happy ending digne de films hollywoodiens. Pas un mauvais livre en somme mais rien d’exceptionnel qui me ferait me ruer sur un second ouvrage de cet auteur.

Avez-vous déjà lu un roman de John Grisham ? Qu’en avez-vous pensé ? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s